Rechercher

L'écho des mots de Jean-Pierre Siméon

Dernière mise à jour : 1 mai 2021

Des "Sermons joyeux" d'une intensité folle !


En ces temps de grands bouleversements où chaque jour une information uppercut me met à terre, je suis partie à la recherche de... résonance ! Une résonance qui me réveille, me pousse à me redresser, celle qui puisse stimuler mon élan de vie.


Je me suis alors souvenue du gagnant du grand concours de lecture de l'émission "La grande librairie". Il avait choisi un texte de Jean-Pierre Siméon tiré de son livre intitulé : "Sermons joyeux, De la lente corruption des âmes dans la nuit tombante".

Je me souviens avoir été touchée de plein fouet par ses propos vifs, venus réveiller avec fougue mon âme molle et engourdie.

Souffler sur les braises

Ses textes écrits comme des harangues destinées à être proférées au théâtre, sont pour moi, d'une intensité folle même lus allongée dans mon lit !

En les lisant, c'est comme si j'entendais l'auteur les déclamer devant moi. Je me vois face à lui recevant ce jaillissement de vie en plein cœur de mes cellules.


Ils ont la puissance de l'aiguille d'acupuncteur qui vient libérer le point d'énergie bloqué. Ce loquet qui s'ouvre et qui permet à la chaleur de la vie de se répandre à nouveau.


La puissance vive de la poésie de par sa forme concise et sa puissance évocatrice m'est réellement d'un grand secours actuellement.

Elle se situe dans cet entrelacs indéfinissable, entre la parole, le récit et la fiction, qui a le pouvoir de relier notre imaginaire et notre conscience ordinaire.

Son pouvoir évocateur souffle, à chaque fois, sur les braises de mon feu intérieur qui se ravive et repart de plus belle ; me faisant ainsi sortir de l'impuissance.


De la poésie sauvage


J'aime la poésie sauvage, celle qui se contrefout des pieds et des rimes, celle qui n'a d'autre finalité que d'exprimer le ressenti brut et cru de l'instant. Bref, "la poésie entière sans compromis" comme il l'écrit.

C'est tout cela que je trouve dans les sermons de Jean-pierre Siméon qui prennent, toutefois, l'allure de pamphlets allumés par le feu de la joie de vivre.


J'ai donc à cœur de partager un extrait de ses joyeux sermons car je crois au pouvoir entraînant des mots et de la poésie pour nous faire sortir de cet état de torpeur et de repli, face au chaos du monde.


Allez, j'ai assez écrit, je vous laisse en sa vive compagnie... et je vous souhaite un bon shoot poétique, non pas pour vous éloigner du réel mais pour vous y relier autrement...


Voici un extrait de "Au vrai chic parisien" ( diatribe contre les revenus de tout) :


" ... nous qui les yeux ouverts et

la conscience excédée de tant de preuves

de tant de chutes

de tant de renoncements

savons tenir la main d'un enfant

sans mentir

et rire de tout le corps

jusqu'à la joie oui

quand naît un visage

dans la tombée du jour

nous autres lucides jusqu'à la brûlure

mais sans mépris pour l'innocence

et la candeur des simples

nous inventerons des utopies précaires et fragiles

comme l'étreinte sincère des amants

qui n'ignorent rien des menaces latentes

nous retisserons les fils

d'un espoir insolent

un espoir qui donne corps et cœur au désir

au plein centre des réalités détestées

un espoir sans preuve

un espoir inquiet de lui-même

et qui sait la leçon du malheur

mais qui respire de la splendeur des jours

et du plein vent de la colère et du refus

nous réaffirmerons

avec Primo le revenu des ténèbres

que c'est un homme celui qui

tient debout par les songes

sous l'injure et la hache

nous nous réclamerons

de la foi en l'homme malgré l'homme...

nous reprenons l'espoir tombé à terre

et l'armons sans illusion et sans dieux

des arguments premiers de la vie

le désir le rêve et la volonté de grandir..."